298404

Enfin, j'ai pu aller voir l'Odyssée hier soir. J'étais très curieuse.

Je n'ai pas été déçue. Si les biopics qui sortent sonts ouvent inégaux, celui ci a pas mal de bons points.  Le film en lui même n'est pas sans rappeler les documentaires du commandant Cousteau. On voit l'équipe de plongeur plonger, jouer de la musique, manger leur popote à la table de la Calypso ça m'a rappelé ma cassette sur les dauphins des éditions Atlas ( huhu ) .

J'ai aimé :

La musique : La patte d’Alexandre Desplat est reconnaissable aux premières notes. Elle se marie à merveille avec le coté aquatique de ce film.

Les images : Certains plans avaient peut être un coté un peu carte postale, mais ça, c’est vraiment pour pinailler. Dans l’ensemble, les plans sont superbes. Surtout ceux axés sur Pierre Niney. Il y avait un coté «  vieux film ».  Ceux qui ont géré la photographie se sont fait plaisir sur ce film.

Pierre Niney : Non content d’avoir une beauté très french, le coté prétentieux d’un Delon en moins, il a un jeu étonnament juste. Sa colère froide a mille fois plus d’impact qu’un personnage gueulard. Le face à face entre le père et le fils dans ce film est vraiment beau.

Le personnage de la femme de Cousteau : Du caractère, de l’amour que ça soit filial ou pour son mari. Malgré toutes les tromperies de son mari, elle reste. Une femme trompée mais sans être potiche. On a l’impression que la seule histoire d’amour sans failles qu’elle a eu, c’est pour la Calypso.

Lambert Wilson : Bien qu’étant bilingue, Lambert Wilson a pris le parti de donner au commandant Cousteau un accent ( vous m’excuserez ma grossièreté ) tout à fait à chier quand il parle anglais. C’est savoureux. Ça ne va pas oter le cliché que les français sont des billes en langue étrangère mais ça m’a bien fait rire. Lui qui a un coté « lover » dans sa façon d’être, je trouve qu’il arrive bien à la perdre dans ce rôle, et je trouve qu’il fait justice au personnage de Cousteau. Du moins, pour ce que j’en connaissais via les documentaires qu’il a fait.

L’histoire. C’est beau, c’est une lancée vers l’écologie avec les erreurs multiples d’un père et les soucis d’une famille. Ça ôte le coté « saint » lié à l’écologie. Cousteau a fait beaucoup d’erreurs. Je me souviens de documentaires ou il cassait allégrement des récifs de coraux.

J'ai moins aimé :

-          Audrey Tautou : Je m’explique, ça n’est pas tant l’actrice ou je trouve à redire que le manque de diversité de registres sur lesquels elle se repose. Je ne sais pas si c’est propre au choix de personnages qu’elle joue ou à sa façon de jouer, mais en dehors de personnages avec une espèce de gouaille un peu parisienne et un franc parler un peu inattendu et rentre dedans, je n’ai pas l’impression qu’elle a exploré d’autres facettes de jeu, et c’est dommage.

-          Le maquillage. Autant pour Lambert Wilson le vieillissement est réussi et assez impressionnant, mais pour Audrey Tautou, je trouve qu’elle avait par moment des airs de « jeune vieille ». Pas que ça me dérange en soi, mais j’ai bugué dessus.

-          Certaines phrases que Jyc prononce ainsi que son fils. J’ai trouvé ça avait un coté un peu trop facile, presque niais. On peut être écologiste sans forcément être béni oui oui. Mais d’un autre coté, ce film montre les débuts de l’écologie. Peut être que j’en attends trop, et que ce coté un peu « exalté » et utopique rime aussi avec l’enthousiasme lié au début de la découverte de l’urgence de protéger notre planète ?

Mais globalement pour moi ce film est une réussite et je pourrais le revoir avec plaisir.

 

 

SC_L_odyssee_photogramm